Le mythe d'Orphée en images et en musique


Voici la correction des questions sur Orphée, symbole de l'amant malheureux, mais aussi de la poésie lyrique. J'ai ajouté nombre de tableaux illustrant les différents moments du mythe d'Orphée pour vous montrer l'importance qu'il revêt dans les arts au fil des siècles. J'ai inséré de courtes vidéos qui analysent certains de ces tableaux. L'idée est que vous vous imprégniez de l'histoire tragique d'Orphée et que vous mesuriez à quel point il est nécessaire de connaître les grandes références de l'Antiquité pour appréhender l'art et la littérature. Avouez que si on ne connaît pas le mythe d'Orphée, il est difficile de saisir le sens des oeuvres présentées sur cette page...

 

1. Le pouvoir du chant d'Orphée

Accompagné de sa lyre, Orphée est un musicien prodige. Son chant merveilleux et divin est capable d'ensorceler le coeur des mortels, de dompter les animaux sauvages ou de faire pleurer les pierres et les rochers. Personne ne résiste à l’envoûtement de son chant qui charme jusqu'aux dieux de l'Olympe !

François Boucher, Rophée charmant les animaux (1740)
François Boucher, Rophée charmant les animaux (1740)

2. Les parents d'Orphée

La mère d'Orphée est Calliope, la Muse de la poésie épique.

Alexandre Auguste HIRSCH - Calliope apprenant à Orphée (à jouer de la musique)
Alexandre Auguste HIRSCH - Calliope apprenant à Orphée (à jouer de la musique)

 

Le père d'Orphée est, selon les versions, soit le roi de Thrace Oeagre, soit Apollon lui-même - le dieu des arts, du chant, de la musique, de la beauté masculine, de la poésie et de la lumière. Apollon est aussi le conducteur des neuf Muses.

Mengs - Apollon, Mnémosyne et les neuf Muses
Mengs - Apollon, Mnémosyne et les neuf Muses

Aparté - Qui sont les Muses ?

Les Muses sont 9 filles du dieu Zeus et de la déesse de la mémoire, Mnémosyne. Conduites par Apollon, le dieu des arts, les Muses vivent sur le Mont Parnasse. Chaque muse symbolise un domaine artistique et on la reconnaît à ses attributs (accessoires qui sont souvent représentés avec elle pour permettre de l'identifier) :

  1. Clio : l'Histoire → couronne de lauriers, livre ou volumen (sorte de papyrus), tablette et stylet
  2. Euterpe : la musique → couronne de fleurs, flûte simple ou double, autre instrument de musique (trompette)
  3. Thalia : la comédie → couronne de lierre, instrument de musique, masque comique et rouleau (pour le texte des acteurs)
  4. Melpomène : la tragédie → sérieuse, couronne de pampre de vigne, masque de tragédie grimaçant, cor, sceptre à ses pieds
  5. Terpsichore : la danse → couronne de guirlandes, instrument de musique à cordes (lyre)
  6. Erato : le chant choral → couronne de roses et de myrtes, lyre, tambourin, viole, cygne
  7. Polymnie : la pantomime et l'éloquence (art de bien parler) → couronne de perles, instrument de musique (souvent un orgue), souvenr enveloppée d'un long voile blanc
  8. Uranie : l'astronomie → couronne d’étoiles, compas, globe
  9. Calliope : la poésie épique → couronne d’or, livre, tablette et stylet, trompette

3. Le don d'Apollon à Orphée

A la naissance d'Orphée, Apollon lui offre une lyre à sept cordes. Les muses apprennent à Orphée à en jouer. Pour les remercier, il ajoute deux cordes à la lyre en hommage aux neuf Muses. (Il serait l'inventeur de l'ancêtre de la cithare). La lyre d'Orphée est dotée d'un pouvoir magique et ensorceleur. C'est à partir du nom de cet instrument qu'a été forgé le mot "lyrisme". Il s'agit d'un genre littéraire qui se caractérise par l’expression personnelle des sentiments du poète, notamment dans la poésie.


4. Le premier voyage d'Orphée : Jason et les Argonautes

Orphée est un voyageur qui a le goût de l'aventure. Lors de son premier voyage, il accompagne le héros Jason parti en Colchide à la conquête de la Toison d'Or gardée par un dragon redoutable.

 

Au début, Jason est réticent à l'idée d'embarquer Orphée à bord de l'Argo, sa nef géante. Son équipage est constitué de l'élite des princes grecs (les Argonautes) et il craint qu'Orphée, un simple poète, ne lui soit d'aucune utilité. Mais, sur l'insistance d'Orphée, il accepte finalement de le prendre à son bord.

 

Orphée se révèle un précieux atout : par la douceur de son chant, il calme les tempêtes, apaise la colère des marins lorsqu'ils s'échauffent, donne la cadence aux rameurs, met en fuite les mortelles Sirènes qui se suicident de dépit (ce sont les mêmes qu'Ulysse rencontre dans l'Odyssée) et parvient même à charmer le dragon gardien de la Toison d'Or !

Sir William Russel Flint - Médée, Jason, Orphée et l'hydre (1910)
Sir William Russel Flint - Médée, Jason, Orphée et l'hydre (1910)

5. Le deuxième voyage d'Orphée : l'Egypte

Le deuxième voyage d'Orphée a pour destination l'Egypte. Orphée reste 20 ans dans ce pays et y découvre de nouveaux dieux. Il élabore, au cours de ce séjour, les idées d'un courant philosophique et religieux appelé « l'orphisme ».

 

Selon l'orphisme, l’âme est immortelle et la réincarnation existe. Mais la vie éternelle dépend de la vie qu'on a menée sur la terre. Pour l'obtenir, il faut sauvegarder la pureté de son âme et préserver son corps de l'impureté. Il faut donc mener une vie stricte, austère, se priver des plaisirs matériels et tout faire pour atteindre la perfection spirituelle.


6. L'amour malheureux d'Orphée

Orphée est follement amoureux de la belle Eurydice (une dryade = nymphe des arbres). Ils se marient.

 

Le jour de leur mariage, la torche du dieu Hymen, protecteur des noces, s'éteint brusquement : c'est un mauvais présage. Le même jour, Aristée, un berger également apiculteur, très amoureux d'Eurydice, pourchasse la nymphe pour l'embrasser. Celle-ci fuit à travers la campagne pour lui échapper et n'aperçoit pas sous ses pieds un serpent caché dans les hautes herbes. La morsure du serpent la tue instantanément. (On raconte que pour venger la mort d'Eurydice, les nymphes, ses compagnes, firent périr toutes les abeilles d’Aristée). 

Nicolas Poussin - Paysage avec Orphée et Eurydice - vers 1650
Nicolas Poussin - Paysage avec Orphée et Eurydice - vers 1650

 

Orphée est effondré et inconsolable. Eurydice descend, comme toutes les âmes des morts, aux Enfers.

Ari SCHEFFER - Orphée pleurant la mort d'Eurydice (1814)
Ari SCHEFFER - Orphée pleurant la mort d'Eurydice (1814)

7. La descente d'Orphée aux Enfers

Désespéré par la mort sa bien-aimée, qu'il trouve injuste, Orphée décide d'aller la chercher aux Enfers. C'est un acte très courageux car personne n'en est jamais revenu !

 

Pierre Amédée Marcel-Béronneau, Orphée aux Enfers (1897)
Pierre Amédée Marcel-Béronneau, Orphée aux Enfers (1897)

 

L'entrée des Enfers est normalement impossible pour quelqu'un qui n'est pas encore mort : pour y pénétrer, il faut convaincre plusieurs personnages (Charon, Cerbère, les Harpies, la Chimère...) qui donnent ou non leur accord. Mais Orphée a un atout : sa lyre. Grâce à son chant délicieux, il parvient à charmer le monstre Cerbère, gardien des Enfers, et le passeur Charon. Arrivé devant le roi et la reine des Enfers, Orphée chante si bien son amour et sa douleur qu'Hadès, pris de compassion, accepte qu’Eurydice retourne au royaume des vivants. Il émet toutefois une condition : Orphée ne devra pas se retourner pour la voir avant d'être sorti des Enfers et d'avoir regagné le jour.

 

Rubens - Orphée et Eurydice - vers 1636-1638 (à droite : Hadès et Perséphone, le roi et la reine des Enfers ; à gauche : Orphée emmène Eurydice)
Rubens - Orphée et Eurydice - vers 1636-1638 (à droite : Hadès et Perséphone, le roi et la reine des Enfers ; à gauche : Orphée emmène Eurydice)

 

 

Orphée repart avec sa bien-aimée. Mais alors qu'il est presque arrivé au bout du chemin, il est pris d’un doute : il n'entend plus les pas d'Eurydice et craint de l'avoir perdue. Alors, pour s'assurer qu'elle le suit bien, il se retourne... Mais ce geste malheureux rompt l’accord passé avec Hadès.

 

Emil Neide - Orphée et Eurydice (XIXe siècle)
Emil Neide - Orphée et Eurydice (XIXe siècle)
Jean-Baptiste Corot - Orphée ramenant Eurydice des Enfers (1861)
Jean-Baptiste Corot - Orphée ramenant Eurydice des Enfers (1861)

 

Sous les yeux d'Orphée, Eurydice est aspirée dans les profondeurs des Enfers, emportée par Hermès. Eurydice meurt une seconde fois. Orphée a beau implorer Hadès et Perséphone de lui donner une seconde chance, ses supplications restent vaines.

 

Michel Martin Drolling - Orphée et Eurydice (1820)
Michel Martin Drolling - Orphée et Eurydice (1820)

8. La mort d'Orphée

Orphée, inconsolable, ne se remit jamais de la mort d'Eurydice. Il s'exila loin du monde pour mener une vie d'ermite. Il ne chanta plus que de déchirantes mélodies.

Charles Paul Landon - Les regrets d'Orphée (1796)
Charles Paul Landon - Les regrets d'Orphée (1796)
Alexandre Séon - Lamentation d'Orphée (1896)
Alexandre Séon - Lamentation d'Orphée (1896)

Mais les Ménades, ces folles adoratrices du dieu Dionysos, ne supportèrent plus d'entendre ses lamentations. Un jour, elles se ruèrent sur lui, le dépecèrent avec fureur, le décapitèrent et jetèrent sa tête dans le fleuve (l'Hèbre, un fleuve de Thrace). En apprenant la mort d'Orphée, on raconte que tous les animaux pleurèrent, les oiseaux cessèrent de chanter, les arbres perdirent leur feuillage et les rivières débordèrent tant elles versèrent de larmes.

Emile LEVY - La mort d'Orphée (1866)
Emile LEVY - La mort d'Orphée (1866)

Les Muses en larmes recueillirent les membres d'Orphée et les enterrèrent au pied du mont Olympe : il paraît qu'en cet endroit le chant du rossignol est plus beau que partout ailleurs.

 

La tête d'Orphée dériva vers la mer, tout en continuant de chanter la complainte de ses amours perdues, jusqu'à ce qu'elle arrive à l'île de Lesbos. Des nymphes la transportèrent dans une caverne à Antissa, consacrée à Dionysos. Là, elle rendait des oracles nuit et jour au point qu'Apollon, voyant ses oracles désertés, vint un jour voir la tête d'Orphée et s'écria : « Cesse donc de te mêler de mes affaires ! » La tête demeura dès lors silencieuse.

John Waterhouse - Les nymphes retrouvant la tête d'Orphée (1900)
John Waterhouse - Les nymphes retrouvant la tête d'Orphée (1900)

 

La lyre d'Orphée dériva également jusqu'à Lesbos. Les Muses la retrouvèrent et en firent don à Zeus. Il la plaça dans la voûte céleste où elle se trouve toujours : c'est la constellation de la Lyre.

Gustave Moreau - Jeune Fille thrace portant la tête d'Orphée (1865)
Gustave Moreau - Jeune Fille thrace portant la tête d'Orphée (1865)

Le mythe d'Orphée à l'opéra

Vous retrouverez l'histoire d'Orphée et Eurydice dans de nombreux opéras. Ecoutez cet extrait du "Galop infernal", tiré de l'opéra-bouffe "Orphée aux Enfers" de Jacques Offenbach ; je suis sûre que vous reconnaîtrez immédiatement cet air devenu très célèbre... sous un autre nom :)

Affiche de l'opéra de Jacques Offenbach, Orphée aux Enfers
Affiche de l'opéra de Jacques Offenbach, Orphée aux Enfers

 

Pour finir, je vous propose ce lien qui vous conduira sur une galerie d'images consacrée au mythe d'Orphée et Eurydice.